L'abeille carniolienne (Apis mellifera Carnica) de Slovénie

Janez GREGORI

Janez POKLUKAR

Janez MIHELIC

  2. Le développement historique et la renommée internationale de l'abeille carniolienne

La vie des Slovènes est intimement liée avec l'abeille et l'apiculture. Nos ancêtres ont pratiqué l'apiculture avec l'abeille carniolienne durant des siècles. Le clergé, les instituteurs et la paysannerie étaient les principaux apiculteurs. A côté des bâtiments agricoles, des cures ou des écoles ont souvent été construits des petits châlets typiques pour abriter les ruchers. De cette activité à part entière nous restent des écrits historiques comme le célèbre traité »La gloire du duché de la Carniole« (Die Ehre dess Herzogtums Krain), 1698, J.V.Valvasor (1641-1693); et du naturaliste d'Idria J.A. Scopoli (1723-1788), « Le traité sur les abeilles » (Dissertatio de apibus) dans le numero 4 de Annus historico - naturalis, Leipzig, 1769-1772.

Certains apiculteurs se sont  particulièrement distingués dans cette activité. Le plus grand mécène et apiculteur durant le 18ème siècle a été Pierre-Paul Glavar (1721-1784).  En 1768 le gouvernement impérial de Vienne vient d'envoyer à toutes les associations agricoles dans l'empire  une Proposition pour l'amélioration de l'apiculture dans les provinces  impériales et royales. Glavar a été le premier parmi les Slovènes à se prononcer sur cette »Proposition« en enseignant l'apiculture dans la Carniole, en créant des écoles d'apiculture, en réglementant également cette activité, et surtout en publiant pour la première fois des manuels d'apiculture dans la langue maternelle du pays.   Glavar a écrit entre 1776 et 1778 le premier manuel d’apiculture en langue slovène.

A la même époque a vécu un autre apiculteur, qui a répandu l'apiculture en dehors des limites de la Carniole, Anton Janša (1734-1773) de Breznica (Haute Carniole). Ses compétences et son talent l’ont conduit à être nommé sur décret impérial de Marie Thérèse Habsbourg de Lorraine, comme premier Maître d'Apiculture à la Cour Impériale et Royale de Vienne. Malgré sa disparition précoce, il a laissé avant ses 40 ans des études primordiales pour l'apiculture sur le plan international. Nous lui devons le » Traité sur l'essaimage« (Abhandlung vom Schwärmen der Bienen , 1771) et un célèbre manuscrit  intitulé »Le traité complet sur l'apiculture«  (Vollständige Lehre von der Bienenzucht), publié après sa mort en 1775.

L'apiculture a ainsi pris son essor dans le pays, ces célèbres aïeux ont incité de nombreux apiculteurs à reprendre la plume. Dans ces lignes nous allons nous limiter seulement aux écrits qui ont plus particulièrement traité de l'abeille carniolienne, dans le pays comme à l'étranger.

Continue la suite page 2

Sommaire